Des écoles de Palencia découvrent l’importance du tri des déchets organiques

colegios palencia descubren importancia separar residuos orgánicos

La campagne de sensibilisation ECOVAL que la Fundación Patrimonio Natural de Castilla y León mène à Palencia a été étendue aux jeunes de la ville. Il s’agit d’une série de rencontres dans différentes écoles et instituts qui ont débuté le 16 mai et se sont terminées le 30 mai à la Fondation éducative Divino Maestro.

Sur leur chemin, ces journées pédagogiques sont passées par le Colegio Santo Domingo de Guzmán, le CEIP Ciudad de Buenos Aires, le CEIP Jorge Manrique, le Colegio Tello Téllez de Meneses ou le Centro de Formación Profesional Camino de la Miranda. Dans un total de 11 sessions réparties entre ces écoles, plus Divino Maestro, la campagne a touché un nombre total de 248 étudiants. Les âges variaient de 8 à 16 ans.

 

L’économie circulaire en tant qu’économie régénératrice.

Les sessions éducatives ont été structurées à travers une procédure interactive et participative conçue pour les écoles et les instituts dans laquelle est présenté le travail réalisé par la Fundación Patrimonio Natural de Castilla y León dans la transmission de l’économie circulaire en tant qu’économie régénérative. Il consiste en un jeu de questions-réponses qui permettra aux élèves de comprendre la valeur et le cycle de la matière organique dans un modèle d’économie circulaire, en appréhendant les différents outils utiles, tels que la prévention du gaspillage alimentaire ou le tri correct des déchets. Une équipe d’éducateurs environnementaux était chargée de le réaliser.

Cette campagne a également comporté des affiches sur les bus et les abribus, l’organisation de la conférence des entrepreneurs de Palencia et la publication d’un guide de bonnes pratiques qui fournit des informations sur le problème des déchets organiques urbains et sur la manière de le résoudre à la maison. Tout ceci est axé sur la diffusion et la sensibilisation de tous aux possibilités qu’offre le projet ECOVAL pour la gestion des boues et des déchets organiques urbains.

Ecoval Sudoe, une approche durable de la gestion des boues et des biodéchets urbains

Le 8 juin, l’événement « Ecoval Sudoe, une approche durable de la gestion des boues et des biodéchets urbains« , organisé par Porto Ambiente, réunira les principaux acteurs impliqués dans ECOVAL afin de définir une image claire et détaillée du projet. Le lieu de l’événement sera le siège de Porto Ambiente, à Porto.

La société organisatrice portugaise est responsable de la gestion des déchets urbains et des services de nettoyage de la municipalité de Porto. Ces dernières années, elle s’est efforcée d’améliorer la collecte des déchets organiques par l’innovation en participant à des projets internationaux de RDI. Dans le cadre d’ECOVAL, ils se consacrent à l’identification des obstacles juridiques à la valorisation des boues et des biodéchets urbains et à la proposition de changements législatifs pour la mise en œuvre du modèle ECOVAL et son arrivée sur le marché.

 

Le programme de l’événement, qui se déroulera de 09h30 à 17h00, débutera par un mot de bienvenue du maire adjoint de Porto Filipe Araújo et une présentation du projet par le coordinateur Antón Taboada, de Cetaqua. Elle sera suivie, tout au long de la matinée, d’une série de présentations par chacun des partenaires et d’une pause café. Après le déjeuner, le consortium invité visitera l’usine de compostage de LIPOR et la station d’épuration des eaux usées d’Águas do Porto, afin de se familiariser avec leur fonctionnement. Vous pouvez consulter le programme complet ici.

La participation est limitée aux membres du consortium et aux personnes invitées par Porto Ambiente. Ce sera la première fois que l’ensemble du consortium du projet ECOVAL se réunira en personne, et ils profiteront de l’occasion pour tenir une réunion d’organisation le lendemain de l’événement.

La campagne « Un autre conteneur, découvrez le « marron » ! » se déplace à la CRA de Vilaboa

La campaña “Otro contendor, ¡qué marrón!” viaja de la mano de FEUGA hasta el CRA de Vilaboa

Après le bon accueil de l’activité à Colexio Mendiño, la campagne ECOVAL « Une autre poubelle, quelle poubelle brune ! » est abordée par la main de FEUGA à l’ARC de Vilaboa, une école maternelle multilingue, avec des enfants entre 3 et 6 ans.

En suivant les valeurs de la Semaine européenne de la réduction des déchets, au cours de laquelle la campagne est née, et dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale du recyclage (17 mai), l’activité s’est concentrée sur la transmission aux plus jeunes de l’importance de séparer les déchets de manière correcte afin de parvenir à un monde plus durable.

La mise en place de la poubelle brune n’est pas encore généralisée dans toute l’Europe, mais à Vilaboa, on sépare les déchets organiques depuis de nombreuses années. Le Point vert géré par la municipalité est en train de devenir une référence au niveau provincial, puisqu’il est capable de gérer jusqu’à 750 tonnes de déchets organiques par an, provenant principalement de l’élagage et du jardinage.

Ecoval était chargé de renforcer cette attitude positive envers le recyclage dans la classe, en expliquant les processus impliqués dans ce type d’économie circulaire et comment chaque individu peut collaborer chez lui pour obtenir un bénéfice collectif bien plus important.

 

 

Les activités à réaliser avec les élèves étaient éminemment pratiques, favorisant un apprentissage plus efficace. Un bref exposé introductif accompagné de vidéos animées a fourni le contexte approprié pour passer à l’action. En guise d’exercice pratique, chaque enfant a reçu un déchet à analyser et à déposer dans le conteneur correspondant. Une fois tous les déchets triés, les enfants ont été invités à vérifier s’ils les avaient vraiment triés correctement, en les corrigeant ensemble et en discutant de ce qu’ils avaient appris.

Profitant de l’occasion, l’importance d’éviter le gaspillage alimentaire et de ne pas utiliser les toilettes comme une poubelle a également été présentée, car de nombreux problèmes environnementaux sont causés par l’évacuation d’articles tels que les lingettes humides, les cotons-tiges ou les pansements dans les toilettes, entre autres.

Des activités telles que celle-ci, qui fournissent des informations sur le recyclage et la réduction des déchets en classe, sont un élément clé pour créer des adultes consciencieux et nous rapprocher du monde durable que nous voulons tous atteindre.

 

ECOVAL Sudoe, la solution circulaire pour remplacer les combustibles fossiles

Les industries sont de plus en plus conscientes de l’importance de mettre en œuvre des politiques qui répondent au contexte de la crise environnementale à laquelle nous sommes confrontés, « réduire, réutiliser et recycler » étant les nouvelles lignes directrices à établir dans leurs modes de fonctionnement. Nombreux sont ceux qui décident de s’impliquer et de collaborer à des projets de recherche capables de développer des technologies innovantes visant à tirer parti des déchets ou des ressources déjà utilisés pour générer de nouveaux biens, en proposant des alternatives plus respectueuses de la planète.

L’urgence d’appliquer des alternatives circulaires dans les processus de production afin de minimiser les dommages qu’ils peuvent générer est l’une des raisons pour lesquelles des entreprises telles que Repsol, Fertiberia ou Grupo Valora se sont associées pour soutenir des projets de R&D&I tels que ceux qui sont actuellement développés dans la bio-usine d’Ourense, gérée par Viaqua, afin de construire un avenir où les combustibles fossiles ne sont plus indispensables.

ECOVAL Sudoe, dirigé par Cetaqua, le centre technologique de l’eau, et cofinancé par le programme Interreg Sudoe par le biais du Fonds européen de développement régional (FEDER), est un projet qui vise à offrir des solutions d’application réelle pour les industries chimiques, pétrochimiques et des engrais. « Les processus de traitement des eaux usées génèrent de grandes quantités de boues. Ils ont traditionnellement été considérés comme un déchet à éliminer. Cependant, dans le projet ECOVAL, nous démontrons qu’ils peuvent être un produit à partir duquel sont générées des matières premières à haute valeur ajoutée qui ont un potentiel d’application dans l’industrie chimique et pétrochimique pour produire des composés tels que des lubrifiants, des bioplastiques, des peintures ou des adhésifs », explique Antón Taboada, responsable du projet à Cetaqua Galicia.

« Cetaqua fait un travail magnifique dans l’optimisation du cycle intégral de l’eau et la conversion des stations d’épuration en biofacteurs », déclare Enrique Espí, chercheur principal au centre technologique de Repsol, partenaire du projet européen.

Repsol, partenaire du projet, se dit « particulièrement intéressé » par l’utilisation des boues d’épuration comme « matière première alternative et renouvelable » à appliquer dans la fabrication de ses matières plastiques, explique M. Espí, qui considère comme particulièrement remarquable la tâche consistant à transformer des boues qui étaient considérées comme un « déchet à éliminer » en une « nouvelle ressource », une action alignée sur l’un de ses principaux défis : « obtenir des émissions nettes nulles d’ici 2050 », ajoute-t-il.

Les secteurs spécialisés dans la production d’engrais font également partie des destinataires potentiels des sous-produits générés dans ECOVAL. C’est le cas de Fertiberia, qui vise à développer de nouveaux produits intégrant des nutriments récupérés dans les biodéchets. Ainsi, la responsable des projets de R&D&I de Fertiberia, María Cinta Cazador, voit dans le projet ECOVAL une possibilité de « progresser dans cette voie », constituant un exemple où « la viabilité et la commercialisation des solutions proposées ont pris en compte la participation de cette partie finale de la chaîne de valeur » et où « toutes les parties sont alimentées et en bénéficient », souligne-t-elle.

D’autre part, Valentín Jiménez, directeur et directeur général du groupe Valora, une entreprise spécialisée dans les services et les produits pour le secteur agricole et une autre de celles qui s’intéressent à l’utilisation de ces biodéchets pour les appliquer à leur modèle d’entreprise, explique qu’investir dans  » des projets qui en font une réalité tangible est l’une des manières les plus efficaces de lutter activement pour la conservation de notre environnement, non seulement au niveau environnemental, mais aussi au niveau social et économique « .

« Nous avons toujours considéré les boues de STEP comme une ressource qui, moyennant un contrôle exhaustif et une transformation nécessaire, peut être convertie en produits à haute valeur ajoutée, avec un marché potentiel énorme ; encore plus dans notre pays, qui est de plus en plus touché par la perte de matière organique de nos sols ». Valentín Jiménez explique.

En ce qui concerne la voie qui est actuellement empruntée pour établir des modèles plus circulaires, Enrique Espí, de Repsol, fait référence à un contexte actuel dans lequel le secteur de l’énergie fait face à « de nouveaux défis, mais aussi de nouvelles opportunités où la collaboration public-privé va être fondamentale ».

De même, María Cinta Cazador, de Fertiberia, souligne l’importance de forger des alliances qui permettent de progresser, considérant qu' »il existe de grandes difficultés techniques pour parvenir à un modèle de gestion qui permette d’atteindre l’optimum environnemental et qui soit économiquement viable ». C’est pourquoi, explique-t-elle, « la collaboration entre eux, les organismes de recherche et les utilisateurs finaux, dans ce cas, l’industrie des engrais, est fondamentale », conclut-elle.

Nous tirons au sort trois paquets de deux sacs Ecoval !

sorteo de dos bolsas de Ecoval

Chez ECOVAL, nous faisons la fête et nous tirons au sort trois paquets de deux sacs Ecoval !

Nous savons qu’il est parfois un peu compliqué de trier les déchets de la bonne manière, c’est pourquoi nous avons créé la campagne « Un autre conteneur, découvrez le « marron » ! » pour expliquer de manière simple le fonctionnement de la nouvelle poubelle pour déchets organiques.

Pour célébrer la Journée mondiale du recyclage, le 17 mai, nous lançons un tirage au sort qui vous permettra de gagner deux sacs à l’effigie de la poubelle brune, qui vous rappelleront le type de déchets que vous pouvez y déposer.

Pour participer, rien de plus simple : suivez-nous sur les réseaux sociaux (Twitter ou LinkedIn), partagez l’article sur le concours pour nous aider à toucher plus de monde et c’est tout ! C’est tout ce qu’il faut pour participer au tirage au sort du prix, qui sera tiré au sort. Si vous souhaitez obtenir une entrée supplémentaire, inscrivez-vous à notre newsletter ! Nous promettons de ne pas saturer votre boîte de réception, vous recevrez deux newsletters par an, avec le contenu le plus intéressant du projet Ecoval, et les dernières nouvelles.

Vous pouvez participer jusqu’au 24 mai à 23h59. Le résultat du tirage au sort sera annoncé par les mêmes réseaux du projet le 25 mai. Nous vous contacterons si vous gagnez le tirage au sort pour vous envoyer les sacs à domicile, vous n’aurez à vous soucier de rien ! Il suffit de profiter des sacs et de trier correctement vos déchets organiques pour parvenir à un monde plus durable, avec Ecoval il n’y a plus d’excuses !

Vous pouvez lire les règles du tirage au sort ici.

Ecoval visite l’école Mendiño

Ecoval llevará su campaña al Colexio Mendiño

Le mercredi 18 mai, le projet européen ECOVAL SUDOE a présenté son modèle de gestion et de valorisation des boues d’épuration et des déchets organiques aux élèves de l’école Mendiño de Vigo.

Dans la continuité des valeurs de la Semaine européenne de la réduction des déchets, Ecoval Sudoe mène sa campagne « Une autre poubelle, que le marron » au Colexio Mendiño, un centre de formation professionnelle de la ville d’Oviedo.

Le centre forme des jeunes âgés de 15 à 25 ans à la gestion administrative, au commerce et aux soins infirmiers auxiliaires. Bien qu’il s’agisse de trois branches très différentes, l’école Mendiño s’efforce d’inculquer des valeurs transversales telles que l’importance de maintenir une alimentation saine et de trier correctement les déchets pour les recycler.

La Fundación Empresa-Universidad Gallega (FEUGA), responsable de la communication du projet, a organisé une journée au cours de laquelle les élèves ont renforcé leurs connaissances sur le tri des déchets, avec un intérêt particulier pour la nouvelle poubelle brune, celle des déchets organiques. Ce conteneur sera une réalité dans toutes les villes européennes en 2024 et commence déjà à être mis en œuvre dans la ville de Vigo. Il n’y a actuellement que 70 unités de ces conteneurs, mais la procédure a déjà commencé pour installer 1950 unités supplémentaires.

L’événement a eu lieu le 18 mai, avec des sessions le matin et l’après-midi, profitant de la proximité de la Journée internationale du recyclage, qui est célébrée chaque année le 17 mai. Les étudiants ont pu découvrir la quantité de déchets organiques et inorganiques que nous produisons chaque année, le problème qu’ils posent actuellement et les solutions proposées par le projet, basées sur leur séparation et leur récupération sous forme d’acides gras volatils (AGV), un produit très demandé par diverses industries et qui est actuellement obtenu principalement à partir du pétrole.

La conférence comprenait des explications théoriques sur le cadre du projet, un petit concours de questions-réponses et un espace pour discuter des sujets qui intéressent le plus les étudiants, ainsi que de leurs doutes éventuels. De cette façon, les connaissances générées par le projet ont été rapprochées des citoyens d’une manière agréable et facile à comprendre, mettant la science au service de la population et favorisant la prise de conscience et la sensibilisation aux questions de durabilité.

Cette activité s’inscrit dans la lignée de la présence du projet dans les écoles, qui a commencé avec la mise en place de conteneurs dans les écoles d’Ourense et se poursuivra avec une autre visite similaire la semaine prochaine à l’école de Vilaboa.

Les entrepreneurs de Palencia débattent du modèle de gestion des déchets promu par ECOVAL

Dans le cadre de la campagne de sensibilisation ECOVAL dans la ville de Palencia, promue par la Fundación Patrimonio Natural de Castilla y León, qui comprend depuis le mois de mars des affiches sur les bus et les abribus et des formations dans les écoles, la Journée des entreprises de Palencia aura lieu le 16 mai. L’événement a réuni entre 16h30 et 18h30 des entreprises comme Aquona ou Una mosca en mi sopa s.l. et des institutions comme la mairie de Palencia. Elle était soutenue par la mairie de Palencia, Aquona, la chambre de commerce et l’association des hôteliers de Palencia. Le lieu était l’incubateur d’entreprises de la Chambre de commerce de Palencia, avenue Santander nº 44.

Le programme de la conférence comprenait différentes interventions et vous pouvez consulter le programme complet ici. Après le mot de bienvenue de Laura Díez (Fundación Patrimonio Natural de Castilla y León) et Ricardo Terrades (Una mosca en mi sopa s.l.), la présentation d’Aquona et de l’économie circulaire dans la gestion de l’eau a commencé, accompagnée de conseils pour une bonne gestion de l’eau appliquée à l’industrie hôtelière, par Laura de Vega Franco, directrice du développement durable d’Aquona. Cette séance a été suivie d’une pause café et d’une intervention de Gabriel Rubí, chef du service Environnement, venu en tant que représentant de la mairie, pour parler de la gestion des matières organiques, du cinquième conteneur (découvrez le « marron » !) et des plans et prévisions de gestion des déchets pour les entrepreneurs. Enfin, la journée s’est terminée par une intervention de Ricardo Terrades, directeur créatif de Una mosca en mi sopa s.l. et expert en communication gastronomique et en durabilité, qui a parlé des résultats bénéfiques des restaurants zéro déchet.

 

Si vous avez des questions, veuillez nous contacter au : +34 687 73 13 65.