Le projet Ecoval Sudoe sensibilise les nouvelles générations à Palencia

 

Huit écoles de Palencia ont été les hôtes d’honneur d’une nouvelle activité organisée conjointement par Aquona et la Fondation du patrimoine naturel de Castilla y León, partenaire du projet Ecoval Sudoe, dans le but de sensibiliser les nouvelles générations à l’importance du tri et de la valorisation corrects des déchets organiques. La campagne de sensibilisation s’est étalée sur un total de quatre jours entre le 23 et le 29 novembre et, grâce à huit ateliers d’éducation à l’environnement, 184 enfants ont appris de manière ludique et participative l’importance de la poubelle brune et les déchets qui doivent y être mis.

 

C’est la deuxième fois que le projet ECOVAL réalise des actions d’éducation à l’environnement à Palencia. L’année dernière, 6 écoles et 248 élèves ont participé à 11 ateliers. La campagne de l’année dernière a eu lieu à l’occasion de la Semaine européenne de la réduction des déchets, le plus grand événement de sensibilisation à la prévention des déchets en Europe, qui s’est déroulé cette année du 19 au 27 du même mois.

 

L’année dernière, le projet Ecoval Sudoe a participé à cet événement avec la campagne « Une autre poubelle, quelle poubelle brune ! », axée sur la diffusion et la familiarisation du grand public avec la nouvelle poubelle brune afin de souligner l’importance d’un tri correct des déchets dans les projets qui cherchent à les valoriser. Cette campagne, organisée par FEUGA, a remporté le prix de l’édition 2021 grâce à sa créativité, son impact et son caractère participatif, qui ont réaffirmé le bon travail du projet en termes de communication.

 

Cette activité s’ajoute à celles réalisées par la Fundación Patrimonio Natural de Castilla y León l’année scolaire dernière, ainsi qu’aux quatre réalisées par FEUGA et CETAQUA dans quatre écoles de Galice. De cette manière, Ecoval Sudoe touche près de 600 étudiants sensibilisés à cette question, rapprochant ainsi la science des citoyens et contribuant à la construction d’un avenir durable basé sur le principe de l’économie circulaire.

 

Le consortium ECOVAL se réunit à Toulouse

 

L’Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse (INSA Toulouse) a accueilli la réunion du consortium du projet Ecoval Sudoe dans la même ville française mercredi et jeudi (23 et 24 novembre, respectivement) afin de partager et de présenter les progrès réalisés jusqu’à présent, ainsi que les prochaines étapes à franchir.

 

Le coup d’envoi a été donné à neuf heures du matin, où CETAQUA a fait une introduction et une présentation du projet, ainsi que sa contribution à celui-ci d’un point de vue biotechnologique pour valoriser les déchets organiques. Par la suite, le reste des acteurs (FEUGA, INSA TBI, NEREUS, USC BioGroup, ADTA, FPNCyL et Porto Ambiente) ont présenté leurs différentes contributions à Ecoval Sudoe jusqu’à midi, où il y a eu une pause pour reprendre l’activité dans l’après-midi.

 

Jeudi, le consortium a visité la Station d’Épuration des Eaux Usées (STEP) de Ginestous, à Toulouse, afin d’observer directement comment les boues d’épuration de la ville sont actuellement traitées. Elle a également analysé son potentiel de transformation en bio-usine, comme le prévoit le modèle Ecoval Sudoe pour promouvoir une économie plus durable et circulaire.

 

Cette réunion du consortium est la cinquième tenue par le projet, après la dernière organisée en juin dernier dans la ville de Porto, accueillie par Porto Ambiente. Dans ce type d’événements, des synergies sont générées entre les différents agents et constituent un élément clé pour le bon fonctionnement de tous les types de projets, encore plus dans le cas d’Ecoval Sudoe en raison de la multiplicité des acteurs, des intérêts et des défis rencontrés dans le but de promouvoir un modèle d’entreprise circulaire et durable dans un contexte de transition verte.

ECOVAL met le conteneur brun sur la carte

Ecoval Sudoe fait un pas de plus dans son engagement pour la mise en œuvre et l’utilisation correcte de la poubelle brune en créant une carte qui permet de visualiser les premiers bacs de séparation pour la fraction organique installés dans différentes villes de l’Union européenne. Cet outil est un nouvel engagement du projet pour diffuser et sensibiliser le public à l’importance du recyclage, et en particulier à la bonne utilisation de la poubelle brune.

La « carte au trésor » est un outil ludique permettant de visualiser géographiquement les poubelles brunes et a été créée grâce à la collaboration active des utilisateurs des réseaux sociaux. L’objectif de la carte est de diffuser l’évolution de la mise en œuvre progressive du cinquième conteneur et de familiariser le grand public avec sa présence. La carte montre également que le code couleur varie parfois, ce conteneur étant bleu ou vert dans des villes comme Londres ou Oleiros.

Le site web du projet contient également d’autres supports, tels que des vidéos, des affiches et un guide de bonnes pratiques, qui permettent aux visiteurs de lever leurs doutes sur le tri correct des déchets, ainsi que des jeux interactifs pour tester les connaissances acquises.

La poubelle brune est de plus en plus répandue dans les villes en raison de la directive européenne sur la gestion des déchets, car elle constitue un élément clé pour pouvoir recycler séparément la fraction organique. Sa mise en œuvre a été irrégulière jusqu’à présent, car toutes les villes ne disposent pas de poubelles brunes, mais elle devrait être présente dans toutes les villes européennes d’ici 2024.

Le tri correct des déchets est extrêmement important pour des projets tels qu’Ecoval Sudoe. Sans une séparation adéquate, les processus innovants tels que celui mis en œuvre par le projet ne pourraient pas être réalisés.

 

Campagne « Un autre conteneur, découvrez le marron »

 

La « carte au trésor » est un nouvel élément de la campagne « Un autre conteneur, découvrez le marron! », lancée par la Fondation d’entreprise universitaire de Galice (FEUGA) à l’occasion de la Semaine européenne de la réduction des déchets (SERD) 2021. La campagne visait à sensibiliser le public à l’importance d’un tri correct des déchets, en mettant l’accent sur les déchets organiques, la poubelle brune et l’utilisation inappropriée des toilettes comme poubelle.

En juin 2022, la campagne a reçu le prix spécial européen à Bruxelles, en reconnaissance de son impact, de sa créativité et de sa nature participative. La Semaine européenne de la réduction des déchets est le plus grand événement de sensibilisation à la prévention des déchets en Europe, ce qui a constitué un important coup de pouce médiatique pour le projet Ecoval Sudoe et confirme son bon travail en matière de communication et de sensibilisation du public.

ECOVAL partage sa valorisation des déchets organiques dans le webinaire de la Communauté du recyclage des nutriments

Le vendredi 23 septembre, entre 14h00 et 16h00, a eu lieu le webinaire de la communauté du recyclage des nutriments, organisé par l’Université de Gand. Plusieurs projets liés à la récupération des nutriments dans les effluents de l’industrie agroalimentaire ont été présentés à distance. Il y a également eu une table ronde au cours de laquelle les différents acteurs ont partagé des idées et ont pu générer des synergies entre des objectifs ou des processus communs.

 

La Communauté de recyclage des nutriments est une initiative menée par le cluster européen des bioraffineries (ECB), dont Ecoval est membre. Il est né dans le prolongement du groupe de réflexion EIP-AGRI sur le recyclage des nutriments et compte actuellement plus de 70 membres, dont des universités, des centres de recherche, des associations européennes, des groupes politiques et autres. Ses travaux sont axés sur la récupération des nutriments dans les flux de déchets de la chaîne de valeur agroalimentaire et leur utilisation comme engrais durables. L’objectif est de stimuler l’économie circulaire en fermant le cycle de vie des nutriments et en réduisant l’utilisation des produits phytosanitaires dans l’agriculture.

 

La transition vers une économie plus circulaire grâce à la valorisation des ressources est l’une des priorités de la société et le recyclage des nutriments peut jouer un rôle clé dans son développement.

 

L’événement a commencé par une brève introduction à la communauté du recyclage des nutriments par Laia Llenas Argelaguet de l’Université de Vic (UVIC), pour ensuite passer à la présentation des différents projets invités et liés. Chacun dispose de 5 minutes pour expliquer sa relation avec la récupération des nutriments. Ils le sont : LEX4BIO, dédié aux biofertilisants en agriculture, Nutri2Cycle, spécialistes du cycle des nutriments agroalimentaires, WalNut, axé sur la valorisation des eaux usées pour produire des biofertilisants, Fertimanure, axé sur la récupération des nutriments pour fabriquer des biofertilisants à partir de fumier animal, Nitroman, chercheurs dans la conversion du fumier brut en engrais minéraux, Run4Life, axé sur la récupération des nutriments pour créer des engrais à faible impact, Renu2Farm, lié à l’augmentation du recyclage de l’azote, du phosphore et du potassium de la chaîne de production alimentaire, RUSTICA, fournisseurs de solutions techniques pour convertir les déchets organiques du secteur horticole en biofertilisants, le projet Circular Agronomics, facilitateurs du développement vers des économies intelligentes et durables, Ecoval Sudoe, promoteurs de la gestion et de la valorisation des boues et des déchets organiques, et Sea2Land, producteurs d’engrais biosourcés à partir de déchets de pêche.

 

Ils ont tous présenté dans cet ordre jusqu’à 15h00, heure à laquelle une table ronde de 50 minutes entre eux, modérée par Kari Ylivainio de l’Institut des ressources naturelles de Finlande (LUKE), et une table ronde de conclusion ont commencé à 16h00.

Le consortium ECOVAL se retrouve face à face à Porto, une ville engagée dans la circularité

La ville de Porto a accueilli, en juin dernier, la réunion des participants au projet ECOVAL qui, pendant deux jours de travail, ont eu l’occasion de partager leurs expériences, leurs apprentissages, leurs défis et de se tourner vers l’avenir.

Au cours de deux journées remplies de présentations et de visites de points d’intérêt locaux tels que Água e Energias do Porto, ou Lipor, ces 20 participants ont pu en savoir un peu plus sur ces institutions et le travail développé dans ce domaine.

 

 

En tant qu’hôte, Porto Ambiente a également pu partager le chemin parcouru dans le domaine des déchets organiques et les plus grands défis rencontrés en cours de route.
Le projet Orgânico, lancé en avril 2021, a bénéficié d’une forte campagne de communication et de sensibilisation qui a permis une forte adhésion à l’initiative.
En un peu plus d’un an, ce projet concerne déjà plus de 26 500 familles et enregistre des chiffres impressionnants en termes de collecte : plus de 100 tonnes de déchets par mois. Le poids de cette opération est si important que, au cours du premier semestre 2022, on a enregistré une croissance de plus de 80 % de ce type de déchets par rapport à la même période de l’année précédente.
Des chiffres qui permettent une réduction des déchets, une minimisation des quantités envoyées en déchets indifférenciés, et qui se traduisent par une véritable circularité, ces déchets étant transformés en compost organique de haute qualité, utilisé en agriculture biologique.

 

 

Si ces chiffres ne laissent aucun doute sur l’engagement des habitants de Porto, ils reflètent également le succès de la stratégie de Porto Ambiente, qui met l’accent sur les matières organiques, un projet qui devrait être étendu à l’ensemble de la ville d’ici la fin 2023. Un horizon ambitieux, mais en harmonie avec l’engagement de Porto Ambiente à promouvoir l’économie circulaire, indispensable pour atteindre l’objectif de neutralité carbone de la ville, conformément aux défis du Pacte climatique de Porto, que l’entreprise municipale a embrassé dès le départ.