CETAQUA encourage les générations futures à recycler

Le mardi 19 juillet, le projet européen ECOVAL SUDOE a présenté son modèle de gestion et de valorisation des boues d’épuration et des déchets organiques urbains aux étudiants participant à l’Aula de la Naturaleza de Oira, organisée par le Conseil d’Ourense. CETAQUA Galicia, leader du projet, était chargé de transmettre aux enfants l’importance du tri correct des déchets pour parvenir à un monde plus durable. La participation active des 12 enfants âgés de 4 à 12 ans a été la pièce maîtresse de la session.

Ánder Castro, le technicien de CETAQUA chargé de la formation, a montré l’impact positif que le recyclage a sur nos vies, en expliquant les processus impliqués dans ce type d’économie circulaire et comment chaque individu peut collaborer chez lui, en obtenant un grand bénéfice collectif. Bien entendu, l’importance d’éviter d’utiliser les toilettes comme une poubelle a également été soulignée, étant donné que les lingettes, les sparadraps et les tampons (entre autres) peuvent causer des problèmes environnementaux majeurs lorsqu’ils s’accumulent dans les réseaux d’égouts de nos villes, ainsi que dans les stations d’épuration. En outre, il a été souligné combien il est important d’éviter le gaspillage alimentaire en promouvant des achats contrôlés et une consommation responsable.

 

La science au service de la citoyenneté

La conférence était structurée en une partie informative au cours de laquelle les enfants ont pu découvrir des contenus liés à la gestion des déchets, en leur montrant les différents conteneurs qui existent actuellement, avec un accent particulier sur le conteneur brun, qui est encore en phase de mise en œuvre. Ensuite, des vidéos liées au sujet ont été projetées et des jeux interactifs développés dans le cadre de la campagne  » Un autre conteneur, découvrez le « marron » ! «  du projet ECOVAL ont été joués. Le groupe a montré un grand intérêt pour le contenu de l’activité. La facilité avec laquelle ils ont été capables de séparer les différents types de déchets à la fin de l’activité a été remarquable. De cette manière, la science a été mise au service du public, en transférant les connaissances générées par le projet d’une manière simple et compréhensible, afin de sensibiliser à l’environnement.

CETAQUA Galicia offrira une autre formation liée au recyclage dans la même Aula de la Naturaleza le 25 août 2022. L’entreprise Viaqua y participe également activement à travers son activité Aqualoxia, dans laquelle la connaissance du cycle intégral de l’eau en milieu urbain est mise en avant.

Le consortium ECOVAL se retrouve face à face à Porto, une ville engagée dans la circularité

La ville de Porto a accueilli, en juin dernier, la réunion des participants au projet ECOVAL qui, pendant deux jours de travail, ont eu l’occasion de partager leurs expériences, leurs apprentissages, leurs défis et de se tourner vers l’avenir.

Au cours de deux journées remplies de présentations et de visites de points d’intérêt locaux tels que Água e Energias do Porto, ou Lipor, ces 20 participants ont pu en savoir un peu plus sur ces institutions et le travail développé dans ce domaine.

 

 

En tant qu’hôte, Porto Ambiente a également pu partager le chemin parcouru dans le domaine des déchets organiques et les plus grands défis rencontrés en cours de route.
Le projet Orgânico, lancé en avril 2021, a bénéficié d’une forte campagne de communication et de sensibilisation qui a permis une forte adhésion à l’initiative.
En un peu plus d’un an, ce projet concerne déjà plus de 26 500 familles et enregistre des chiffres impressionnants en termes de collecte : plus de 100 tonnes de déchets par mois. Le poids de cette opération est si important que, au cours du premier semestre 2022, on a enregistré une croissance de plus de 80 % de ce type de déchets par rapport à la même période de l’année précédente.
Des chiffres qui permettent une réduction des déchets, une minimisation des quantités envoyées en déchets indifférenciés, et qui se traduisent par une véritable circularité, ces déchets étant transformés en compost organique de haute qualité, utilisé en agriculture biologique.

 

 

Si ces chiffres ne laissent aucun doute sur l’engagement des habitants de Porto, ils reflètent également le succès de la stratégie de Porto Ambiente, qui met l’accent sur les matières organiques, un projet qui devrait être étendu à l’ensemble de la ville d’ici la fin 2023. Un horizon ambitieux, mais en harmonie avec l’engagement de Porto Ambiente à promouvoir l’économie circulaire, indispensable pour atteindre l’objectif de neutralité carbone de la ville, conformément aux défis du Pacte climatique de Porto, que l’entreprise municipale a embrassé dès le départ.

 

Águas Do Tejo Atlântico : surmonter les obstacles et le prétraitement des boues à ECOVAL

aguas do tejo atlantico ecoval

ECOVAL Sudoe propose une nouvelle approche de la gestion des déchets organiques basée sur leur valorisation pour obtenir des acides gras volatils (AGV), matières premières secondaires utiles pour des industries telles que les plastiques, les lubrifiants ou l’agrochimie.

Águas do Tejo Atlântico (AdTA), membre du consortium ECOVAL, collabore pour surmonter les obstacles techniques et juridiques à la valorisation des AGV provenant des boues d’épuration et des biodéchets. Cela nécessite la coopération de différents acteurs de la région SUDOE (entreprises de traitement des eaux usées et des déchets, centres de recherche, autorités environnementales, conseillers juridiques et associations sectorielles) pour modifier le cadre juridique qui autorise l’utilisation de produits obtenus à partir de déchets. Afin d’identifier les obstacles, deux ateliers participatifs ont été organisés, au cours desquels les similitudes dans la gestion juridique et opérationnelle de ce type de déchets dans les 3 pays ont pu être vérifiées.

 

D’autre part, l’AdTA a mis l’accent sur le prétraitement des boues afin de maximiser la production d’AGV. À cette fin, des essais ont été réalisés avec la technologie du champ électrique pulsé en utilisant des boues résiduelles provenant du traitement biologique de la STEP de Frielas et des boues mixtes épaissies provenant de la STEP de Beirolas. Les deux tests ont été réalisés pour vérifier si le prétraitement des boues biologiques uniquement présente un avantage et si la teneur en matières solides des boues affecte l’efficacité de la technologie du champ électrique pulsé.

Enfin, l’AdTA a participé à la quantification des boues produites au Portugal, ainsi que de leur qualité. Ce travail soutiendra l’analyse de la durabilité environnementale et économique qui sera effectuée dans le projet, encadrée par le groupe de travail 6 du projet : Reproductibilité et transférabilité du modèle d’entreprise et son évaluation environnementale et économique.

CETAQUA présente les avancées d’ECOVAL en matière de gestion durable des déchets à CORFU

cetaqua muestra en corfu avances ecoval

La conférence internationale sur la gestion durable des déchets solides (également appelée CORFU 2022) se déroule sur l’île grecque de Corfou du 15 au 18 juin. Cette année, pour sa neuvième édition, il vise à aborder l’importante question de la gestion durable des déchets solides en promouvant des pratiques sûres et des technologies efficaces. Il vise à stimuler l’intérêt des scientifiques et des citoyens et à les informer des derniers développements dans le domaine de la gestion des déchets solides municipaux. Les expositions sont situées dans le théâtre municipal du centre ville, mais peuvent également être consultées en ligne, sous réserve d’inscription et de réservation préalable.

 

Les sujets abordés sont étroitement liés au projet ECOVAL et à ses innovations. Ainsi, le jeudi 16 à 18h00, Ánder Castro, chercheur à CETAQUA, présentera les résultats obtenus par l’expérimentation dans la STEP pilote d’Ourense. L’article s’intitule « Thermal hydrolysis pretreatment has no positive influence on VFA production from sewage sludge » et est le résultat des recherches menées par Ánder lui-même avec S. Balboa, V. Paramá, B. Álvarez, C. Castro-Barros, J.M. Lema et A. Taboada-Santos. Elle fait partie de la session XV de l’événement, dans la salle 3, consacrée à la valorisation des déchets.

 

Plus précisément, l’exposé porte sur l’effet des prétraitements des boues d’épuration (en particulier l’hydrolyse dite thermique) sur la production d’acides gras volatils. Ces connaissances sont très utiles pour renforcer l’objectif général de la conférence : aller un peu plus loin dans la gestion des déchets solides, pour laquelle il est très utile d’apprendre comment obtenir des produits à valeur ajoutée en leur appliquant des processus de bioraffinage.

 

La conférence est une excellente occasion de réunir des scientifiques et des professionnels des services gouvernementaux, de l’industrie, des municipalités, des universités, des entreprises privées et des centres de recherche. Elle offre un forum pour l’échange des dernières idées et techniques dans le monde de la gestion des déchets.

Des écoles de Palencia découvrent l’importance du tri des déchets organiques

colegios palencia descubren importancia separar residuos orgánicos

La campagne de sensibilisation ECOVAL que la Fundación Patrimonio Natural de Castilla y León mène à Palencia a été étendue aux jeunes de la ville. Il s’agit d’une série de rencontres dans différentes écoles et instituts qui ont débuté le 16 mai et se sont terminées le 30 mai à la Fondation éducative Divino Maestro.

Sur leur chemin, ces journées pédagogiques sont passées par le Colegio Santo Domingo de Guzmán, le CEIP Ciudad de Buenos Aires, le CEIP Jorge Manrique, le Colegio Tello Téllez de Meneses ou le Centro de Formación Profesional Camino de la Miranda. Dans un total de 11 sessions réparties entre ces écoles, plus Divino Maestro, la campagne a touché un nombre total de 248 étudiants. Les âges variaient de 8 à 16 ans. Si nous ajoutons à ce chiffre les élèves touchés par la campagne grâce aux partenaires FEUGA et CETAQUA dans les écoles CRA de Vilaboa, Filomena Dato et Colexio Mendiño, nous atteignons environ 400 élèves sensibilisés au tri des déchets.

 

L’économie circulaire en tant qu’économie régénératrice.

Les sessions éducatives ont été structurées à travers une procédure interactive et participative conçue pour les écoles et les instituts dans laquelle est présenté le travail réalisé par la Fundación Patrimonio Natural de Castilla y León dans la transmission de l’économie circulaire en tant qu’économie régénérative. Il consiste en un jeu de questions-réponses qui permettra aux élèves de comprendre la valeur et le cycle de la matière organique dans un modèle d’économie circulaire, en appréhendant les différents outils utiles, tels que la prévention du gaspillage alimentaire ou le tri correct des déchets. Une équipe d’éducateurs environnementaux était chargée de le réaliser.

Cette campagne a également comporté des affiches sur les bus et les abribus, l’organisation de la conférence des entrepreneurs de Palencia et la publication d’un guide de bonnes pratiques qui fournit des informations sur le problème des déchets organiques urbains et sur la manière de le résoudre à la maison. Tout ceci est axé sur la diffusion et la sensibilisation de tous aux possibilités qu’offre le projet ECOVAL pour la gestion des boues et des déchets organiques urbains.

ECOVAL Sudoe, la solution circulaire pour remplacer les combustibles fossiles

Les industries sont de plus en plus conscientes de l’importance de mettre en œuvre des politiques qui répondent au contexte de la crise environnementale à laquelle nous sommes confrontés, « réduire, réutiliser et recycler » étant les nouvelles lignes directrices à établir dans leurs modes de fonctionnement. Nombreux sont ceux qui décident de s’impliquer et de collaborer à des projets de recherche capables de développer des technologies innovantes visant à tirer parti des déchets ou des ressources déjà utilisés pour générer de nouveaux biens, en proposant des alternatives plus respectueuses de la planète.

L’urgence d’appliquer des alternatives circulaires dans les processus de production afin de minimiser les dommages qu’ils peuvent générer est l’une des raisons pour lesquelles des entreprises telles que Repsol, Fertiberia ou Grupo Valora se sont associées pour soutenir des projets de R&D&I tels que ceux qui sont actuellement développés dans la bio-usine d’Ourense, gérée par Viaqua, afin de construire un avenir où les combustibles fossiles ne sont plus indispensables.

ECOVAL Sudoe, dirigé par Cetaqua, le centre technologique de l’eau, et cofinancé par le programme Interreg Sudoe par le biais du Fonds européen de développement régional (FEDER), est un projet qui vise à offrir des solutions d’application réelle pour les industries chimiques, pétrochimiques et des engrais. « Les processus de traitement des eaux usées génèrent de grandes quantités de boues. Ils ont traditionnellement été considérés comme un déchet à éliminer. Cependant, dans le projet ECOVAL, nous démontrons qu’ils peuvent être un produit à partir duquel sont générées des matières premières à haute valeur ajoutée qui ont un potentiel d’application dans l’industrie chimique et pétrochimique pour produire des composés tels que des lubrifiants, des bioplastiques, des peintures ou des adhésifs », explique Antón Taboada, responsable du projet à Cetaqua Galicia.

« Cetaqua fait un travail magnifique dans l’optimisation du cycle intégral de l’eau et la conversion des stations d’épuration en biofacteurs », déclare Enrique Espí, chercheur principal au centre technologique de Repsol, partenaire du projet européen.

Repsol, partenaire du projet, se dit « particulièrement intéressé » par l’utilisation des boues d’épuration comme « matière première alternative et renouvelable » à appliquer dans la fabrication de ses matières plastiques, explique M. Espí, qui considère comme particulièrement remarquable la tâche consistant à transformer des boues qui étaient considérées comme un « déchet à éliminer » en une « nouvelle ressource », une action alignée sur l’un de ses principaux défis : « obtenir des émissions nettes nulles d’ici 2050 », ajoute-t-il.

Les secteurs spécialisés dans la production d’engrais font également partie des destinataires potentiels des sous-produits générés dans ECOVAL. C’est le cas de Fertiberia, qui vise à développer de nouveaux produits intégrant des nutriments récupérés dans les biodéchets. Ainsi, la responsable des projets de R&D&I de Fertiberia, María Cinta Cazador, voit dans le projet ECOVAL une possibilité de « progresser dans cette voie », constituant un exemple où « la viabilité et la commercialisation des solutions proposées ont pris en compte la participation de cette partie finale de la chaîne de valeur » et où « toutes les parties sont alimentées et en bénéficient », souligne-t-elle.

D’autre part, Valentín Jiménez, directeur et directeur général du groupe Valora, une entreprise spécialisée dans les services et les produits pour le secteur agricole et une autre de celles qui s’intéressent à l’utilisation de ces biodéchets pour les appliquer à leur modèle d’entreprise, explique qu’investir dans  » des projets qui en font une réalité tangible est l’une des manières les plus efficaces de lutter activement pour la conservation de notre environnement, non seulement au niveau environnemental, mais aussi au niveau social et économique « .

« Nous avons toujours considéré les boues de STEP comme une ressource qui, moyennant un contrôle exhaustif et une transformation nécessaire, peut être convertie en produits à haute valeur ajoutée, avec un marché potentiel énorme ; encore plus dans notre pays, qui est de plus en plus touché par la perte de matière organique de nos sols ». Valentín Jiménez explique.

En ce qui concerne la voie qui est actuellement empruntée pour établir des modèles plus circulaires, Enrique Espí, de Repsol, fait référence à un contexte actuel dans lequel le secteur de l’énergie fait face à « de nouveaux défis, mais aussi de nouvelles opportunités où la collaboration public-privé va être fondamentale ».

De même, María Cinta Cazador, de Fertiberia, souligne l’importance de forger des alliances qui permettent de progresser, considérant qu' »il existe de grandes difficultés techniques pour parvenir à un modèle de gestion qui permette d’atteindre l’optimum environnemental et qui soit économiquement viable ». C’est pourquoi, explique-t-elle, « la collaboration entre eux, les organismes de recherche et les utilisateurs finaux, dans ce cas, l’industrie des engrais, est fondamentale », conclut-elle.

Nous tirons au sort trois paquets de deux sacs Ecoval !

sorteo de dos bolsas de Ecoval

Chez ECOVAL, nous faisons la fête et nous tirons au sort trois paquets de deux sacs Ecoval !

Nous savons qu’il est parfois un peu compliqué de trier les déchets de la bonne manière, c’est pourquoi nous avons créé la campagne « Un autre conteneur, découvrez le « marron » ! » pour expliquer de manière simple le fonctionnement de la nouvelle poubelle pour déchets organiques.

Pour célébrer la Journée mondiale du recyclage, le 17 mai, nous lançons un tirage au sort qui vous permettra de gagner deux sacs à l’effigie de la poubelle brune, qui vous rappelleront le type de déchets que vous pouvez y déposer.

Pour participer, rien de plus simple : suivez-nous sur les réseaux sociaux (Twitter ou LinkedIn), partagez l’article sur le concours pour nous aider à toucher plus de monde et c’est tout ! C’est tout ce qu’il faut pour participer au tirage au sort du prix, qui sera tiré au sort. Si vous souhaitez obtenir une entrée supplémentaire, inscrivez-vous à notre newsletter ! Nous promettons de ne pas saturer votre boîte de réception, vous recevrez deux newsletters par an, avec le contenu le plus intéressant du projet Ecoval, et les dernières nouvelles.

Vous pouvez participer jusqu’au 24 mai à 23h59. Le résultat du tirage au sort sera annoncé par les mêmes réseaux du projet le 25 mai. Nous vous contacterons si vous gagnez le tirage au sort pour vous envoyer les sacs à domicile, vous n’aurez à vous soucier de rien ! Il suffit de profiter des sacs et de trier correctement vos déchets organiques pour parvenir à un monde plus durable, avec Ecoval il n’y a plus d’excuses !

Vous pouvez lire les règles du tirage au sort ici.

Les entrepreneurs de Palencia débattent du modèle de gestion des déchets promu par ECOVAL

Dans le cadre de la campagne de sensibilisation ECOVAL dans la ville de Palencia, promue par la Fundación Patrimonio Natural de Castilla y León, qui comprend depuis le mois de mars des affiches sur les bus et les abribus et des formations dans les écoles, la Journée des entreprises de Palencia aura lieu le 16 mai. L’événement a réuni entre 16h30 et 18h30 des entreprises comme Aquona ou Una mosca en mi sopa s.l. et des institutions comme la mairie de Palencia. Elle était soutenue par la mairie de Palencia, Aquona, la chambre de commerce et l’association des hôteliers de Palencia. Le lieu était l’incubateur d’entreprises de la Chambre de commerce de Palencia, avenue Santander nº 44.

Le programme de la conférence comprenait différentes interventions et vous pouvez consulter le programme complet ici. Après le mot de bienvenue de Laura Díez (Fundación Patrimonio Natural de Castilla y León) et Ricardo Terrades (Una mosca en mi sopa s.l.), la présentation d’Aquona et de l’économie circulaire dans la gestion de l’eau a commencé, accompagnée de conseils pour une bonne gestion de l’eau appliquée à l’industrie hôtelière, par Laura de Vega Franco, directrice du développement durable d’Aquona. Cette séance a été suivie d’une pause café et d’une intervention de Gabriel Rubí, chef du service Environnement, venu en tant que représentant de la mairie, pour parler de la gestion des matières organiques, du cinquième conteneur (découvrez le « marron » !) et des plans et prévisions de gestion des déchets pour les entrepreneurs. Enfin, la journée s’est terminée par une intervention de Ricardo Terrades, directeur créatif de Una mosca en mi sopa s.l. et expert en communication gastronomique et en durabilité, qui a parlé des résultats bénéfiques des restaurants zéro déchet.

 

Si vous avez des questions, veuillez nous contacter au : +34 687 73 13 65.

Biogroup étudie comment optimiser la production d’AGV à ECOVAL

La transformation des déchets en produits à valeur ajoutée est un objectif ambitieux dans la transition vers une économie circulaire. C’est ce à quoi ECOVAL et d’autres projets de recherche s’emploient. Parmi les angles d’approche possibles de cette mission, la conversion des déchets organiques par fermentation anaérobie (la plate-forme dite « carboxylate ») est l’une des bioraffineries émergentes les plus prometteuses, capable de valoriser le carbone organique présent dans les biodéchets et les boues d’épuration en acides gras volatils (AGV). Ils peuvent être transformés en produits chimiques, en biopolymères et en biocarburants, dont une multitude d’industries ont besoin.

Cette technologie, comme toutes les technologies émergentes, présente également des obstacles importants. L’une d’entre elles, qui empêche la généralisation de la plate-forme carboxylate, est sa faible sélectivité, qui conduit à un mélange d’acides acétique, propionique, butyrique et valérique principalement, et à l’impossibilité de les isoler. L‘USC Biogroup relève le défi de la valorisation sélective des boues à ECOVAL par une approche multidisciplinaire qui intègre l’expérimentation et la modélisation mathématique. Sur la base de leurs outils précédemment développés pour prédire les produits de la fermentation des sucres et des protéines dans les boues, ils réalisent des expériences de fermentation des boues dans lesquelles ils mesurent l’évolution de leurs principaux composants : la solubilisation des glucides, des protéines et des lipides, l’hydrolyse pour produire des sucres, des acides aminés et des acides gras, et enfin la fermentation en AGV.

Réacteurs d’acidification des boues du laboratoire Bipogroup

 

Le Biogroupe souhaite également répondre à d’autres questions à travers les activités développées dans le cadre du projet ECOVAL. Ces questions sont les suivantes : comment choisir la meilleure stratégie de transformation des déchets en ressources d’un point de vue environnemental parmi celles qui sont techniquement possibles ; avons-nous toujours la garantie que le coût environnemental sera inférieur à celui de la gestion actuelle lorsque nous prenons en compte le cycle de vie complet du processus ?

 

Au cours des dernières décennies, il est devenu évident que le modèle économique traditionnel basé sur une approche linéaire n’est pas viable.

C’est pourquoi, à l’inverse, il existe une conviction répandue selon laquelle ce modèle devrait être remplacé par un modèle a priori plus durable, dans lequel la valeur des produits, des matériaux et des ressources est conservée dans l’économie aussi longtemps que possible, et la production de déchets est minimisée : c’est ce qu’on appelle l’économie circulaire. Et dans ce contexte, les méthodologies basées sur la pensée du cycle de vie sont présentées comme les outils d’évaluation appropriés pour guider le développement des processus dans sa transition.

La transition vers un modèle d’économie circulaire nécessite une nouvelle approche de la gestion des déchets, ce qui implique de changer notre façon de voir les déchets, qui ne sont plus un problème mais une ressource susceptible de développer une valeur ajoutée. Si l’on considère que les déchets organiques représentent environ 40 % du total des déchets municipaux produits, l’importance de leur gestion et de leur valorisation correctes est évidente.

Les possibilités étant variées et dépendant de multiples facteurs, ECOVAL, grâce au Biogroup, établira des valeurs de référence, c’est-à-dire la quantification des impacts environnementaux des stratégies actuelles de gestion des déchets organiques et des boues d’épuration dans la zone SUDOE, en tenant compte des exigences réglementaires d’application imminente. Ces valeurs détermineront la base de référence pour la comparaison des performances environnementales des stratégies innovantes issues du projet pour l’obtention de bioproduits à haute valeur ajoutée à partir du traitement des mêmes déchets. De cette façon, nous disposerons de paramètres concrets pour évaluer l’impact du nouveau système de gestion et des produits qui en découlent en termes d’environnement, une des tâches du GT 6 : « Reproductibilité et transfert du business model et son évaluation environnementale et économique ».

Des projets de R&D&I font de la bio-usine d’Ourense une référence européenne en matière d’économie circulaire

Les résultats obtenus au sein de l’unité mixte CIGAT Biofactory ont stimulé le développement de nouvelles solutions de R&D&I dans la biofabrique d’Ourense, à travers les nouveaux projets ECOVAL et WalNUT.

La station d’épuration des eaux usées (STEP) d’Ourense est actuellement une référence en matière d’économie circulaire grâce à la transformation qu’elle a subie ces dernières années en devenant une biofactory, c’est-à-dire un nouveau modèle d’installation basé sur les principes de l’économie circulaire, où l’eau est régénérée pour être réutilisée ultérieurement, où l’on produit de l’énergie renouvelable et où les déchets sont transformés en ressources. De cette manière, la valeur des ressources est maximisée en promouvant un modèle neutre en énergie qui contribue à l’absence de déchets.

Le succès des résultats obtenus dans l’Unité Mixte Biofactory CIGAT, fruit de la collaboration public-privé entre Viaqua, Cetaqua et l’Agence galicienne de l’innovation (GAIN), a servi de base au développement et à la mise en œuvre de nouveaux projets de R&D&I, cette fois-ci centrés sur l’Europe, tels que H2020 Walnut et Interreg Sudoe ECOVAL.

Les deux projets, alignés sur l’Agenda 2030, positionnent la Galice comme une référence européenne en termes de mise en œuvre de technologies innovantes développées pour la gestion efficace des flux urbains et l’utilisation conséquente des déchets pour un impact environnemental moindre.

ECOVAL (stratégies de coordination pour la gestion et la valorisation des boues et des déchets organiques dans la région SUDOE), dirigé par Cetaqua Galicia est basée sur la valorisation des déchets organiques urbains et des boues d’épuration pour obtenir des bioproduits tels que les acides gras volatils (AGV), utiles notamment pour les industries des plastiques, des lubrifiants et des peintures. Walnut, dirigé par CARTIF, cherche à récupérer les nutriments et à produire ensuite des biofertilisants, évitant ainsi la contamination des masses d’eau et promouvant la circularité dans l’industrie des fertilisants dans le cadre de l’Union européenne.

 

Plus de 100 personnes ont assisté à l’événement « Des stations d’épuration aux biofactories : le potentiel de l’eau dans l’économie circulaire », pour découvrir les avancées techniques et les résultats des deux projets européens développés à Ourense.

Lors de l’événement « Des stations d’épuration aux biofactories : le potentiel de l’eau dans l’économie circulaire », qui s’est tenu ce matin dans l’auditorium d’Ourense, d’éminents représentants de l’administration publique, des universités et des entreprises sont venus discuter des obstacles sociaux, juridiques et commerciaux existants pour la valorisation des produits à haute valeur ajoutée présents dans les eaux usées, utiles pour l’industrie et l’agriculture.

Le maire adjoint d’Ourense, Armando Ojea, a ouvert l’événement en soulignant « le développement de projets de recherche à Ourense, qui permettent de donner une seconde chance aux déchets de la STEP, rendant la ville plus durable ».

Les acteurs des entités concernées, tels que Agbar, Cetaqua et le centre technologique CARTIF, sont intervenus pour parler des modèles d’économie circulaire mis en place, de la valorisation de la matière en acides gras et des nutriments appliqués dans l’industrie des engrais réalisée. D’autre part, l’Université de Vigo et la FEUGA ont participé en se concentrant sur les obstacles législatifs et de transfert pour la transformation des stations d’épuration des eaux usées en biofacteurs.

Les utilisateurs finaux des ressources extraites, représentés par Repsol, Fertiberia et Grupo Valora ont souligné au cours de leurs interventions la viabilité de l’application de ces composés dans les industries chimiques, pétrochimiques et des engrais comme une étape clé pour promouvoir des modèles circulaires et durables.

Lors de la table ronde animée par le professeur d’ingénierie chimique de l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle (USC), Juan Manuel Lema, des représentants de la Diputación de Ourense, Cetaqua, Viaqua, Repsol, Fundación Patrimonio Natural de Castilla y León (FPNCyL) et Fertiberia se sont réunis pour discuter du potentiel de l’eau dans l’économie circulaire.

Juan José Vázquez, responsable de l’eau de la Xunta de Galicia à Ourense, a été chargé de clôturer l’événement en soulignant l’importance de projets comme ceux-ci pour construire un avenir durable et faire face au problème du manque de ressources et de l’augmentation des déchets.

La journée s’est terminée par une visite guidée de la bio-usine d’Ourense, où les participants ont eu l’occasion de voir de près les installations et les technologies appliquées aux deux projets.