ECOVAL Sudoe, la solution circulaire pour remplacer les combustibles fossiles

Les industries sont de plus en plus conscientes de l’importance de mettre en œuvre des politiques qui répondent au contexte de la crise environnementale à laquelle nous sommes confrontés, « réduire, réutiliser et recycler » étant les nouvelles lignes directrices à établir dans leurs modes de fonctionnement. Nombreux sont ceux qui décident de s’impliquer et de collaborer à des projets de recherche capables de développer des technologies innovantes visant à tirer parti des déchets ou des ressources déjà utilisés pour générer de nouveaux biens, en proposant des alternatives plus respectueuses de la planète.

L’urgence d’appliquer des alternatives circulaires dans les processus de production afin de minimiser les dommages qu’ils peuvent générer est l’une des raisons pour lesquelles des entreprises telles que Repsol, Fertiberia ou Grupo Valora se sont associées pour soutenir des projets de R&D&I tels que ceux qui sont actuellement développés dans la bio-usine d’Ourense, gérée par Viaqua, afin de construire un avenir où les combustibles fossiles ne sont plus indispensables.

ECOVAL Sudoe, dirigé par Cetaqua, le centre technologique de l’eau, et cofinancé par le programme Interreg Sudoe par le biais du Fonds européen de développement régional (FEDER), est un projet qui vise à offrir des solutions d’application réelle pour les industries chimiques, pétrochimiques et des engrais. « Les processus de traitement des eaux usées génèrent de grandes quantités de boues. Ils ont traditionnellement été considérés comme un déchet à éliminer. Cependant, dans le projet ECOVAL, nous démontrons qu’ils peuvent être un produit à partir duquel sont générées des matières premières à haute valeur ajoutée qui ont un potentiel d’application dans l’industrie chimique et pétrochimique pour produire des composés tels que des lubrifiants, des bioplastiques, des peintures ou des adhésifs », explique Antón Taboada, responsable du projet à Cetaqua Galicia.

« Cetaqua fait un travail magnifique dans l’optimisation du cycle intégral de l’eau et la conversion des stations d’épuration en biofacteurs », déclare Enrique Espí, chercheur principal au centre technologique de Repsol, partenaire du projet européen.

Repsol, partenaire du projet, se dit « particulièrement intéressé » par l’utilisation des boues d’épuration comme « matière première alternative et renouvelable » à appliquer dans la fabrication de ses matières plastiques, explique M. Espí, qui considère comme particulièrement remarquable la tâche consistant à transformer des boues qui étaient considérées comme un « déchet à éliminer » en une « nouvelle ressource », une action alignée sur l’un de ses principaux défis : « obtenir des émissions nettes nulles d’ici 2050 », ajoute-t-il.

Les secteurs spécialisés dans la production d’engrais font également partie des destinataires potentiels des sous-produits générés dans ECOVAL. C’est le cas de Fertiberia, qui vise à développer de nouveaux produits intégrant des nutriments récupérés dans les biodéchets. Ainsi, la responsable des projets de R&D&I de Fertiberia, María Cinta Cazador, voit dans le projet ECOVAL une possibilité de « progresser dans cette voie », constituant un exemple où « la viabilité et la commercialisation des solutions proposées ont pris en compte la participation de cette partie finale de la chaîne de valeur » et où « toutes les parties sont alimentées et en bénéficient », souligne-t-elle.

D’autre part, Valentín Jiménez, directeur et directeur général du groupe Valora, une entreprise spécialisée dans les services et les produits pour le secteur agricole et une autre de celles qui s’intéressent à l’utilisation de ces biodéchets pour les appliquer à leur modèle d’entreprise, explique qu’investir dans  » des projets qui en font une réalité tangible est l’une des manières les plus efficaces de lutter activement pour la conservation de notre environnement, non seulement au niveau environnemental, mais aussi au niveau social et économique « .

« Nous avons toujours considéré les boues de STEP comme une ressource qui, moyennant un contrôle exhaustif et une transformation nécessaire, peut être convertie en produits à haute valeur ajoutée, avec un marché potentiel énorme ; encore plus dans notre pays, qui est de plus en plus touché par la perte de matière organique de nos sols ». Valentín Jiménez explique.

En ce qui concerne la voie qui est actuellement empruntée pour établir des modèles plus circulaires, Enrique Espí, de Repsol, fait référence à un contexte actuel dans lequel le secteur de l’énergie fait face à « de nouveaux défis, mais aussi de nouvelles opportunités où la collaboration public-privé va être fondamentale ».

De même, María Cinta Cazador, de Fertiberia, souligne l’importance de forger des alliances qui permettent de progresser, considérant qu' »il existe de grandes difficultés techniques pour parvenir à un modèle de gestion qui permette d’atteindre l’optimum environnemental et qui soit économiquement viable ». C’est pourquoi, explique-t-elle, « la collaboration entre eux, les organismes de recherche et les utilisateurs finaux, dans ce cas, l’industrie des engrais, est fondamentale », conclut-elle.

7 avril : « Des stations d’épuration aux biofactories : le potentiel de l’eau dans l’économie circulaire »

Après le report de janvier, l’événement « Des stations d’épuration aux biofactories : le potentiel de l’eau dans l’économie circulaire« , organisé par Cetaqua et FEUGA dans le cadre des projets d’innovation Ecoval Sudoe et WALNUT, est de retour. Elle se déroulera le 7 avril, à la fois sur place et en ligne.

Cette réunion vise à explorer le concept des biofactories et à présenter les avancées techniques des deux projets. En outre, les obstacles sociaux, juridiques et commerciaux à la valorisation de produits à haute valeur ajoutée pour l’agriculture et l’industrie, tels que les boues ou les biofertilisants obtenus à partir des flux de déchets des stations d’épuration urbaines, seront examinés.

Vous pouvez y consulter le programme de l’événement, qui se déroulera de 10 h à 14 h, avec des présentations et des tables rondes pour réfléchir à la valeur essentielle de l’eau dans la transition vers une économie circulaire. Les principaux sessions de la journée sont :

  • Session I : passé, présent et futur des biofactories.
  • Session II : barrières législatives/transfert pour la mise en œuvre des biofacteurs
  • Session III : utilisateurs finaux des sous-produits de la biofabrication.

L’événement, en espagnol, sera diffusé par Zoom avec traduction à l’anglais. La capacité de l’événement virtuel est limitée. L’inscription sera clôturée lorsque le nombre maximum d’inscriptions sera atteint. Ne la ratez pas, inscrivez-vous ici !

Comment surmonter les barrières à la valorisation des boues de STEP et des biodéchets?

Le modèle que le projet Ecoval Sudoe cherche à promouvoir implique un changement de paradigme : des usines de traitement des eaux usées aux biofactories. Un changement de modèle, de linéaire à circulaire, et un changement de concept : les déchets contre les ressources. Cependant, il ne suffit pas de tester de nouvelles technologies pour la valorisation de ressources jusqu’alors classées comme déchets ; l’innovation doit aller de pair avec l’acceptation du modèle économique. C’est pour cette raison que le projet lance une série d’ateliers au cours desquels différents experts répondront à la question suivante : comment surmonter les barrières à la valorisation des boues de STEP et des biodéchets?   

Le premier de ces ateliers s’est tenu le 2 décembre, de 11h00h à 13h30h, avec la participation de spécialistes espagnols chargés de présenter et de discuter les obstacles qu’ils ont identifiés à partir de leur expérience en matière de biodéchets et de boues d’épuration, ainsi que des propositions pour les surmonter. Ainsi, la conférence, animée par Laura Díez et Inés Méndez, techniciennes de la Fundación  Patrimonio Natural Castilla y León, a réuni les participants suivants :

  • Antón Taboada, Cetaqua, coordinateur d’Ecoval Sudoe, chargé de présenter le projet et ses objectifs.
  • Gema Gonzalo, Ministère de la transition écologique et du défi démographique (Miterd). Conseiller technique du Secrétariat général de l’économie circulaire, qui a présenté le cadre juridique européen et les critères de fin de vie des déchets.

Avec l’interaction de tous les participants, le débat sur les principaux obstacles juridiques et administratifs à la valorisation des biodéchets et des boues d’épuration a été mené par les intervenants suivants :

  • Daniel Ruíz, Grupo Valora, entreprise spécialisée dans le traitement, la récupération et l’exploitation des déchets pouvant être utilisés à des fins agricoles et forestières, notamment le substrat, les engrais et les technosolides.
  • Inmaculada Sanz, FCC, groupe spécialisé dans les services aux citoyens en matière d’environnement, d’eau et d’infrastructures.
  • Luz Panizo, Aquona, une entreprise environnementale qui concentre son activité sur les services liés au cycle intégral de l’eau.

Et attention, cet atelier est le premier et se concentre sur la situation et l’expérience en Espagne, mais d’autres dates seront annoncées pour analyser la situation au Portugal et en France.

Un autre conteneur, découvrez le « marron » ! – Ecoval Sudoe

Très bientôt, les conteneurs à couvercle marron seront un élément de plus dans nos rues, une voie vers une économie plus circulaire et plus respectueuse de l’environnement. Mais qu’est-ce que les déchets organiques et quels déchets devons-nous déposer dans la nouvelle poubelle marron ?         

Dans le cadre de la Semaine européenne de la réduction des déchets, le projet Ecoval Sudoe lance une campagne de communication pour :   

  • Sensibiliser à la nécessité de réduire les déchets que nous produisons.
  • Sensibiliser à l’importance d’un tri correct des déchets.
  • Informer sur le type de déchets à déposer dans le conteneur brun
  • Informer sur les avantages pour l’environnement d’un tri et d’un recyclage corrects des déchets organiques.

La campagne sensibilisera également à l’utilisation abusive des toilettes comme poubelle. Afin de minimiser les déchets qui ne sont pas éliminés correctement, Ecoval sensibilisera les gens aux conséquences d’une mauvaise utilisation des toilettes. L’impact le plus immédiat est l’obstruction des canalisations, mais la pollution de l’eau et la dégradation de l’environnement en sont également une conséquence directe. Par conséquent, il sera expliqué :

  • Les déchets ne sont pas jetés dans les toilettes
  • Les conséquences environnementales des déchets jetés dans les toilettes

La campagne se déroulera en Espagne, en France et au Portugal – avec du contenu généré dans les trois langues – et consistera en des vidéos d’animation et des vidéos de témoignages, des quiz et des infographies dans le but de sensibiliser les gens au tri correct des déchets et d’accroître l’engagement des citoyens envers le recyclage. Différentes activités seront également organisées dans les écoles, où le partage du contenu généré pour cette campagne sera encouragé.

Et si vous vous demandez pourquoi cette campagne est importante, nous vous invitons à connaître les chiffres des déchets organiques et des boues d’épuration générés dans la région de Sudoe.

Rejoignez notre campagne !

Biofactories et réutilisation de l’eau : Aquona partage ses bonnes pratiques lors du 1er Forum de la bioéconomie circulaire de Castilla y León

Le projet européen Interreg ECOVAL, qui transformera la station d’épuration de Palencia en bio-usine, est l’une des propositions que Laura de Vega, directrice du développement durable d’Aquona, a présentées lors du 1er Forum sur la bioéconomie circulaire de Castille-et-León, qui s’est tenu à Soria les 27 et 28 octobre.

29 octobre 2021- L’économie circulaire est devenue un paradigme clé pour que l’eau soit un moteur qui accélère la transition écologique et contribue à surmonter le défi démographique.  Cela nécessite des propositions innovantes de la part d’administrations et d’entreprises telles qu’Aquona, qui gère « le cycle durable de l’eau dans 130 municipalités de Castille-La Manche et de Castille-et-León avec un modèle à faible émission de carbone et un engagement envers la numérisation et la technologie pour appliquer des solutions basées sur l’économie circulaire », a déclaré Laura de Vega, directrice du développement durable de l’entreprise.

C’est ce qu’a souligné De Vega lors du Premier Forum sur la Bioéconomie Circulaire de Castilla y León, qui s’est tenu à Soria les 27 et 28 octobre. Plus précisément, le Directeur du Développement Durable d’Aquona a participé à l’atelier sur les meilleures pratiques et les projets d’innovation en matière de bioéconomie circulaire, aux côtés de Luis Francisco Martín, Technicien Commercial ReFood dans la région centrale de l’Espagne du groupe Saria ; Ángela Osma, Secrétaire Générale de l’Association Espagnole des Plastiques Biodégradables Compostables ; Jorge Miñón, Associé Fondateur d’Agrae Solutions S.L. et María Pilar Bernal, Présidente du Réseau Espagnol de Compostage et Professeur de Recherche au CEBAS-CSIC.

« La bioéconomie circulaire dans le cycle de l’eau », tel était le titre de la présentation d’Aquona, qui a fait part des projets que l’entreprise promeut dans ce domaine. L’une des premières lignes d’action évoquées a été la transformation des stations d’épuration en biofacteurs, un processus dans lequel est actuellement plongée la station d’épuration (STEP) de Palencia que gère Aquona. Le taux d’utilisation thermique de la centrale est déjà de 100 % et son autosuffisance énergétique est de 65%. En outre, « 100% des boues produites lors du processus de traitement sont récupérées et utilisées dans l’agriculture », a souligné Laura de Vega, ajoutant que la « récupération du sable pour l’utiliser comme compost » ou comme matériau de remplissage dans les chantiers de construction et les fossés est également abordée. Quant à la réutilisation de l’eau, « une partie de l’eau traitée est utilisée pour irriguer les jardins », a déclaré M. De Vega. La protection de la biodiversité et l’implication de la communauté locale clôturent le cycle de ce processus de transformation.

En plus, la STEP de Palencia est l’un des scénarios d’application du projet européen Interreg ECOVAL. Dotée d’un budget de 1,4 million d’euros, cette initiative repose sur la valorisation des boues et des déchets urbains solides pour obtenir des graisses volatiles à haute valeur ajoutée destinées aux industries des plastiques, des lubrifiants et de l’agrochimie.  La Junta de Castilla y León, la mairie de Palencia et Aquona, ainsi que d’autres partenaires, promeuvent le projet coordonné par CETAQUA, le centre technologique de l’eau d’Agbar, le groupe auquel appartient Aquona.

La circularité dans le domaine de l’énergie se retrouve à León, où Aguas de León, une société mixte détenue par Aquona et le Conseil Municipal de León, gère le service municipal de l’eau et promeut le projet Life Nexus qui produira de l’énergie micro-hydroélectrique et favorisera son stockage.

Cet engagement en faveur de l’innovation et de l’économie circulaire de l’entreprise a pour feuille de route l’Agenda 2030 et les objectifs de développement durable des Nations Unies, où les alliances « entre toutes les parties prenantes sont essentielles pour multiplier l’impact des actions », explique Laura de Vega. De même, l’Agenda 2030 est le guide pour parvenir à une reconstruction verte, durable et inclusive après la pandémie dans laquelle les fonds de relance de la prochaine génération « sont une opportunité pour promouvoir l’économie circulaire, proposer des solutions au changement climatique et répondre aux besoins de numérisation, d’approvisionnement, d’assainissement et de purification qui nous aident à unifier le territoire et à mettre fin à la dépopulation », a-t-elle conclu.

La Mairie d’Ourense, nouveau partenaire associé d’Ecoval Sudoe

Le projet Ecoval Sudoe continue d’être soutenu ! La Mairie d’Ourense rejoint aujourd’hui la liste des partenaires associés qui soutiennent la proposition, qui poursuit un changement de paradigme dans la gestion des déchets urbains, basé sur la valorisation des déchets organiques et des boues d’épuration pour obtenir des bioproduits à haute valeur ajoutée. 

Le soutien apporté par la Mairie d’Ourense est essentiel pour atteindre les objectifs poursuivis par Ecoval. L’entité facilitera l’installation de prototypes pilotes pour la démonstration de technologies dans la STEP de Ourense et collaborera à la fourniture de biodéchets urbains pour les démonstrations technologiques réalisées dans le cadre du projet.

En outre, le Conseil collaborera également à des campagnes de sensibilisation du public sur le tri correct des déchets organiques. 

Avec l’incorporation de la Mairie d’Ourense, Ecoval a déjà le soutien de 30 entités, provenant de quatre pays et ayant des compétences dans différents secteurs. Vous pouvez consulter ici toutes les entités qui soutiennent l’engagement du projet en faveur de l’économie circulaire et de la protection de l’environnement.

Les mains dans la boue ! Ecoval Sudoe finalise les travaux de l’usine pilote pour la production d’acides gras volatils

L’un des objectifs du projet Ecoval Sudoe est de démontrer la faisabilité technique de la production d’acides gras volatils (AGV) à partir de boues urbaines. À cette fin, à la station de traitement des eaux usées (STEP) d’Ourense, Cetaqua a mis en place différents tests pour optimiser la génération d’acides tels que l’acide acétique, propionique ou butyrique à partir des boues d’épuration.

Afin de déterminer les conditions d’exploitation les plus appropriées pour l’usine pilote de production d’AGV, différents essais à l’échelle du laboratoire ont d’abord été réalisés, tels que des essais par lots à l’échelle de 0,5 L et l’exploitation de réacteurs semi-continus d’un volume de 5 L, qui ont démontré l’adéquation des boues d’épuration comme substrat à fort potentiel pour la production de bioproduits à haute valeur ajoutée avec des AGV.

Les informations fournies à l’échelle du laboratoire ont permis aux techniciens de Cetaqua d’avoir une première approximation des rendements de production d’AGV qui peuvent être obtenus à partir de boues avec et sans prétraitement. Ils ont également pu analyser l’effet des paramètres de fonctionnement tels que le pH, le rapport alimentation/micro-organismes, le temps de séjour hydraulique, etc.

À l’échelle pilote, les techniciens ont optimisé le processus de fermentation pour la production d’AGV, en obtenant un flux qui doit subir une séparation solide-liquide, une opération unitaire qui a dû être perfectionnée grâce à des « tests en bocal » qui ont permis de déterminer les doses optimales de coagulant et de floculant pour la division des fractions solides et liquides. Ainsi, l’objectif de produire un courant liquide riche en AGV pour que le partenaire NEREUS étudie sa clarification et sa concentration et un gâteau solide à haute siccité que l’INSA valorisera énergétiquement a été atteint.

Suite à ces tests, les travaux se poursuivent maintenant sur l’usine pilote qui, après une phase de démarrage marquée par des difficultés hydrauliques de fonctionnement et les ajustements nécessaires, fonctionne maintenant de manière plus robuste. Elle commencera bientôt à être alimentée par des biodéchets.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne pas manquer les dernières nouvelles !

Ecoval participe à l’événement Galicia Innovations Days

Dans le cadre de l’événement Galicia Innovations Days, qui a eu lieu du 25 au 29 octobre, le projet ECOVAL Sudoe a été présenté lors de la session « The fourth decade of Interreg in Galicia ». Cette table ronde sur l’évolution, les succès et les opportunités d’Interreg en Galice a eu lieu le premier jour de l’événement à 16h00.

Cette session a présenté l’histoire d’Interreg (coopération territoriale européenne), les étapes importantes et les réussites en Galice.

Les intervenants de la session étaient : Dirk Peters, Spécialiste de la Coopération Territoriale à la Commission Européenne; María José Mariño, Directrice du secteur des centres de l’Agence Galicienne de l’innovation; Xosé Lago, Coordinateur Poctep à la sous-direction générale de l’action extérieure et de la coopération transfrontalière de la Xunta de Galicia et Nuria Rodriguez Aubo, responsable de l’innovation et du transfert de technologie à la FEUGA (Fundación Empresa-Universidad Gallega).

Représentant la FEUGA, Nuria Rodriguez Aubo, a présenté les domaines de travail et les projets Interreg développés auquel la FEUGA participe. En référence à Ecoval SUDOE, les objectifs, les partenaires et les fonctions développées par FEUGA dans le projet, qui sont la diffusion, la communication et le transfert de technologie, ont été présentés.

ECOVAL était également présent dans la zone d’exposition de l’événement, avec d’autres projets Interreg, renforçant ainsi le networking et la visibilité.

 

Galicia Innovations Days  

Le Galicia Innovations Days est un événement organisé par la FEUGA, le Ministère Galicien de l’Éducation (Xunta de Galicia) et le Système Universitaire Galicien, qui réunit des entreprises, des chercheurs, des universités, des investisseurs et des consultants de différents pays européens et du reste du monde.

12e Forum sur l’intelligence urbaine et la durabilité – GreenCities

Grâce à l’un de nos partenaires associés, Aquona, le nom d’Ecoval était présent lors du 12ème Forum sur l’intelligence urbaine et la durabilité – GreenCities, le 29 septembre à Málaga.

Cet événement a réuni dans un même espace des leaders d’opinion clés dans le domaine de la gestion urbaine et de la mobilité du futur. Pendant deux jours, le Palacio de Ferias y Congresos de Málaga a regorgé d’idées et d’études de cas liées à la durabilité, à l’innovation et à l’économie circulaire, permettant de partager connaissances, synergies et talents.

Laura de Vega Franco, directrice du développement durable chez Aquona, a participé à la table ronde organisée par le Département du développement durable du gouvernement de Castille-La Manche, intitulée « L’agenda 2030 du global au local, praxis en économie circulaire, transition énergétique et numérisation ». C’est ici que le projet ECOVAL a été présenté et où il a été assuré que « les entreprises, en plus de la durabilité, contribuent à l’innovation et à la numérisation de l’engagement en faveur de l’économie circulaire et à la promotion de l’Agenda 2030 sur le territoire ».

29S. Journée internationale de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture

Il suffit de faire une petite recherche de cinq minutes sur le gaspillage alimentaire pour se rendre compte que les chiffres sont alarmants.

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 14% des denrées alimentaires produites sont perdues entre la production et le commerce de détail et 17% de la production totale est gaspillée dans les ménages, les services alimentaires et le commerce de détail.   

Il est clair qu’un avenir véritablement durable passe par une réduction importante des pertes et gaspillages alimentaires, mais que faire des restes?

Actuellement, les déchets alimentaires représentent 38% de la consommation totale d’énergie dans le système alimentaire mondial. Généralement, ces déchets sont déposés dans des décharges où ils génèrent des émissions de gaz à effet de serre qui contribuent au changement climatique.

C’est là qu’intervient la vision d’ECOVAL. Nous nous engageons pour un avenir résilient, dans lequel une bonne gestion des déchets organiques permet la mise en œuvre d’un modèle de consommation circulaire, en transformant les déchets organiques en acides gras volatils et en engrais. De cette façon, l’énergie utilisée pour produire les aliments jetés continue à favoriser la croissance des autres.

Si vous souhaitez participer à ce changement, n’hésitez pas à nous suivre de près. En outre, vous pouvez voir toutes les activités qui se déroulent dans le cadre de l’événement mondial virtuel de la Journée international de sensibilisation aux pertes et gaspillages de nourriture sur le site web de la FAO. Vous pourrez obtenir des informations approfondies et des points de vue d’experts sur cette question.

Beaucoup d’entre nous ont déjà rejoint le changement, agissez.