ECOVAL Sudoe, la solution circulaire pour remplacer les combustibles fossiles

Les industries sont de plus en plus conscientes de l’importance de mettre en œuvre des politiques qui répondent au contexte de la crise environnementale à laquelle nous sommes confrontés, « réduire, réutiliser et recycler » étant les nouvelles lignes directrices à établir dans leurs modes de fonctionnement. Nombreux sont ceux qui décident de s’impliquer et de collaborer à des projets de recherche capables de développer des technologies innovantes visant à tirer parti des déchets ou des ressources déjà utilisés pour générer de nouveaux biens, en proposant des alternatives plus respectueuses de la planète.

L’urgence d’appliquer des alternatives circulaires dans les processus de production afin de minimiser les dommages qu’ils peuvent générer est l’une des raisons pour lesquelles des entreprises telles que Repsol, Fertiberia ou Grupo Valora se sont associées pour soutenir des projets de R&D&I tels que ceux qui sont actuellement développés dans la bio-usine d’Ourense, gérée par Viaqua, afin de construire un avenir où les combustibles fossiles ne sont plus indispensables.

ECOVAL Sudoe, dirigé par Cetaqua, le centre technologique de l’eau, et cofinancé par le programme Interreg Sudoe par le biais du Fonds européen de développement régional (FEDER), est un projet qui vise à offrir des solutions d’application réelle pour les industries chimiques, pétrochimiques et des engrais. « Les processus de traitement des eaux usées génèrent de grandes quantités de boues. Ils ont traditionnellement été considérés comme un déchet à éliminer. Cependant, dans le projet ECOVAL, nous démontrons qu’ils peuvent être un produit à partir duquel sont générées des matières premières à haute valeur ajoutée qui ont un potentiel d’application dans l’industrie chimique et pétrochimique pour produire des composés tels que des lubrifiants, des bioplastiques, des peintures ou des adhésifs », explique Antón Taboada, responsable du projet à Cetaqua Galicia.

« Cetaqua fait un travail magnifique dans l’optimisation du cycle intégral de l’eau et la conversion des stations d’épuration en biofacteurs », déclare Enrique Espí, chercheur principal au centre technologique de Repsol, partenaire du projet européen.

Repsol, partenaire du projet, se dit « particulièrement intéressé » par l’utilisation des boues d’épuration comme « matière première alternative et renouvelable » à appliquer dans la fabrication de ses matières plastiques, explique M. Espí, qui considère comme particulièrement remarquable la tâche consistant à transformer des boues qui étaient considérées comme un « déchet à éliminer » en une « nouvelle ressource », une action alignée sur l’un de ses principaux défis : « obtenir des émissions nettes nulles d’ici 2050 », ajoute-t-il.

Les secteurs spécialisés dans la production d’engrais font également partie des destinataires potentiels des sous-produits générés dans ECOVAL. C’est le cas de Fertiberia, qui vise à développer de nouveaux produits intégrant des nutriments récupérés dans les biodéchets. Ainsi, la responsable des projets de R&D&I de Fertiberia, María Cinta Cazador, voit dans le projet ECOVAL une possibilité de « progresser dans cette voie », constituant un exemple où « la viabilité et la commercialisation des solutions proposées ont pris en compte la participation de cette partie finale de la chaîne de valeur » et où « toutes les parties sont alimentées et en bénéficient », souligne-t-elle.

D’autre part, Valentín Jiménez, directeur et directeur général du groupe Valora, une entreprise spécialisée dans les services et les produits pour le secteur agricole et une autre de celles qui s’intéressent à l’utilisation de ces biodéchets pour les appliquer à leur modèle d’entreprise, explique qu’investir dans  » des projets qui en font une réalité tangible est l’une des manières les plus efficaces de lutter activement pour la conservation de notre environnement, non seulement au niveau environnemental, mais aussi au niveau social et économique « .

« Nous avons toujours considéré les boues de STEP comme une ressource qui, moyennant un contrôle exhaustif et une transformation nécessaire, peut être convertie en produits à haute valeur ajoutée, avec un marché potentiel énorme ; encore plus dans notre pays, qui est de plus en plus touché par la perte de matière organique de nos sols ». Valentín Jiménez explique.

En ce qui concerne la voie qui est actuellement empruntée pour établir des modèles plus circulaires, Enrique Espí, de Repsol, fait référence à un contexte actuel dans lequel le secteur de l’énergie fait face à « de nouveaux défis, mais aussi de nouvelles opportunités où la collaboration public-privé va être fondamentale ».

De même, María Cinta Cazador, de Fertiberia, souligne l’importance de forger des alliances qui permettent de progresser, considérant qu' »il existe de grandes difficultés techniques pour parvenir à un modèle de gestion qui permette d’atteindre l’optimum environnemental et qui soit économiquement viable ». C’est pourquoi, explique-t-elle, « la collaboration entre eux, les organismes de recherche et les utilisateurs finaux, dans ce cas, l’industrie des engrais, est fondamentale », conclut-elle.

Nous tirons au sort trois paquets de deux sacs Ecoval !

sorteo de dos bolsas de Ecoval

Chez ECOVAL, nous faisons la fête et nous tirons au sort trois paquets de deux sacs Ecoval !

Nous savons qu’il est parfois un peu compliqué de trier les déchets de la bonne manière, c’est pourquoi nous avons créé la campagne « Un autre conteneur, découvrez le « marron » ! » pour expliquer de manière simple le fonctionnement de la nouvelle poubelle pour déchets organiques.

Pour célébrer la Journée mondiale du recyclage, le 17 mai, nous lançons un tirage au sort qui vous permettra de gagner deux sacs à l’effigie de la poubelle brune, qui vous rappelleront le type de déchets que vous pouvez y déposer.

Pour participer, rien de plus simple : suivez-nous sur les réseaux sociaux (Twitter ou LinkedIn), partagez l’article sur le concours pour nous aider à toucher plus de monde et c’est tout ! C’est tout ce qu’il faut pour participer au tirage au sort du prix, qui sera tiré au sort. Si vous souhaitez obtenir une entrée supplémentaire, inscrivez-vous à notre newsletter ! Nous promettons de ne pas saturer votre boîte de réception, vous recevrez deux newsletters par an, avec le contenu le plus intéressant du projet Ecoval, et les dernières nouvelles.

Vous pouvez participer jusqu’au 24 mai à 23h59. Le résultat du tirage au sort sera annoncé par les mêmes réseaux du projet le 25 mai. Nous vous contacterons si vous gagnez le tirage au sort pour vous envoyer les sacs à domicile, vous n’aurez à vous soucier de rien ! Il suffit de profiter des sacs et de trier correctement vos déchets organiques pour parvenir à un monde plus durable, avec Ecoval il n’y a plus d’excuses !

Vous pouvez lire les règles du tirage au sort ici.